14/01/2010

Le pouvoir énergétique des arbres

J'ai envie de partager avec vous un article ecrit par Patrice Bouchardon au sujet de son livre « L’énergie des arbres », Le courrier du Livre, livre que je n'ai pas encore lu...mais cela ne saurait tarder...

Chaque espèce d’arbre possède sa propre forme distinctive et sa manière très personnelle de produire ses fleurs, de porter ses fruits, de répandre ses graines, en réponse aux conditions selon lesquelles il se développe. Dans chaque arbre se manifestent une ou plusieurs qualités. Les découvrir est une aventure fascinante. Lorsque nous pénétrons dans le champ énergétique d’un arbre, notre être réagit et s’adapte aux informations que nous recevons inconsciemment de la part de l’arbre.

C’est un ensemble d’informations dont nous pouvons nous nourrir en nous mettant en résonance avec certaines particularités présentes. Cette action n’est en aucun cas un emprunt ou un arrachement, elle n’appauvrit pas l’arbre. Le phénomène est analogue au fait de lire un journal : vous avez lu l’information, vous vous en êtes nourri, mais elle reste disponible pour tous ceux qui souhaitent la lire à leur tour. Certains articles retiennent votre attention, vous les lisez, alors que vous en ignorez d’autres. Les textes qui vous interpellent, ceux qui vous font réfléchir, ceux qui vous rappellent des souvenirs vont déclencher en vous des sentiments, des émotions, des pensées. Vous vous trouvez en résonance avec cette information.

Être en résonance
Au fur et à mesure que s’affine votre sensibilité à l’égard de l’arbre, vous vous mettez de plus en plus facilement en résonance avec sa qualité dominante, ce qui vous rend conscient de cette qualité ou de son absence en vous. Si, par exemple, je me place près d’un sapin, dont la qualité principale est la fluidité, je vais la ressentir en moi. L’étape suivante consiste alors à savoir comment je réagis à l’invitation que me propose l’arbre. Je peux répondre présent en libérant ma respiration, en détendant mes muscles, en m’abstenant de lutter contre mes émotions ou mes pensées. Ou, je peux refuser l’invitation en résistant et en augmentant les tensions physiques et émotionnelles, par réaction à la qualité de l’arbre. Ce dernier comportement peut se faire à mon insu mais, tôt ou tard, je vais m’y trouver confronté de manière consciente. Que cela demande quelques secondes ou plusieurs années, un jour viendra ou je m’éveillerai à la réalité de ces limites et j’élargirai ma liberté intérieure.

Chaque expérience est unique
Lorsque vous « échangerez » avec un arbre, il vous arrivera de faire une expérience d’une intensité telle que cette rencontre vous marquera pour le restant de vos jours. Alors, vous allez être tenté de l’ériger en vérité universelle. Pourtant, quelques jours plus tard, dans les mêmes circonstances, avec le même arbre, vous allez faire une expérience tout aussi intense mais différente de la première. Si vous échangez avec d’autres personnes sur le vécu de l’expérience, vous découvrirez une troisième réalité. Nos réflexes mentaux nous poussent alors à argumenter pour savoir qui a raison, qui est “ normal ”, ce qui débouche vite sur l’intolérance. Dans les séminaires, c’est très fréquent au début, puis heureusement, progressivement les participants découvrent l’étroitesse de ce comportement et surtout ses conséquences. Ils découvrent graduellement que savoir qui a raison n’apporte aucune richesse et aboutit à l’égoïsme et l’intolérance. Apprendre à considérer la manière dont l’autre va appréhender la réalité nous enrichira et surtout nous rendra plus disponible et curieux. Car on va vite découvrir que la réalité possédant de nombreuses facettes, la richesse n’est pas d’avoir raison mais plutôt de découvrir le maximum de facettes. L’arbre possède son propre champ énergétique. L’être humain qui s’en approche entre dans un exercice d’harmonisation inconsciente, comparable au dialogue intérieur qui s’établit lorsque, par un soir d’hiver sans lune, vous marchez dans un quartier désert et que soudain, vous apercevez au loin un inconnu qui se dirige vers vous. La première réaction est la peur, puis vous vous raisonnez en vous disant que cet inconnu ne va pas forcément vous violer ni vous dépouiller de votre sac à main. Au moment où vous retrouvez un peu de confiance, la peur remonte. Jusqu’au moment où vous allez le croiser : vous oscillez entre peur et confiance, entre doute et assurance, entre détente et agressivité, jusqu’à trouver un équilibre intérieur avant le croisement de cet homme qui est, lui aussi, passé par les mêmes états que vous. Certains soirs, vous allez être plutôt confiant, d’autres soirs plutôt craintif et méfiant. Lorsque vous entrez dans le champ énergétique d’un arbre, il se passe le même ajustement mais à un niveau plus profond, dont une bonne part est inconsciente. La réalité est créée par la rencontre entre les deux champs énergétiques de l’arbre et de la personne. Notre illusion d’une réalité monolithe nous pousse également à croire que l’être humain a un comportement unique. Pourtant, le champ énergétique de l’être humain est en mouvance perpétuelle. Nous ne sommes jamais le même, nous sommes en changement permanent. Certains changements sont rapides, d’autres plus lents. Ce n’est que la lenteur des changements de certaines attitudes fondamentales qui nous permet de croire à la permanence de notre état intérieur. En entrant en interaction avec le champ énergétique de l’arbre, nous ne sommes jamais dans deux états analogues. C’est pourquoi deux expériences ne peuvent pas être semblables. Un arbre possède un champ énergétique qui véhicule des informations que l’on peut résumer par une qualité dominante. Nous pouvons entrer en interaction avec ces qualités par l’intermédiaire de nos sens. Ces qualités et la vie se manifestent dans le corps énergétique par des successions de rythmes que nous pouvons donc expérimenter en nous mettant en résonance avec un singulier miroir, par notre respiration mais aussi grâce au son et au mouvement.


Patrice Bouchardon*

*Pour en savoir plus, lire :
« L’énergie des arbres »,
Le courrier du Livre

20:24 Écrit par Daniel Van assche dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Écrire un commentaire