14/01/2010

Le pouvoir énergétique des arbres

J'ai envie de partager avec vous un article ecrit par Patrice Bouchardon au sujet de son livre « L’énergie des arbres », Le courrier du Livre, livre que je n'ai pas encore lu...mais cela ne saurait tarder...

Chaque espèce d’arbre possède sa propre forme distinctive et sa manière très personnelle de produire ses fleurs, de porter ses fruits, de répandre ses graines, en réponse aux conditions selon lesquelles il se développe. Dans chaque arbre se manifestent une ou plusieurs qualités. Les découvrir est une aventure fascinante. Lorsque nous pénétrons dans le champ énergétique d’un arbre, notre être réagit et s’adapte aux informations que nous recevons inconsciemment de la part de l’arbre.

C’est un ensemble d’informations dont nous pouvons nous nourrir en nous mettant en résonance avec certaines particularités présentes. Cette action n’est en aucun cas un emprunt ou un arrachement, elle n’appauvrit pas l’arbre. Le phénomène est analogue au fait de lire un journal : vous avez lu l’information, vous vous en êtes nourri, mais elle reste disponible pour tous ceux qui souhaitent la lire à leur tour. Certains articles retiennent votre attention, vous les lisez, alors que vous en ignorez d’autres. Les textes qui vous interpellent, ceux qui vous font réfléchir, ceux qui vous rappellent des souvenirs vont déclencher en vous des sentiments, des émotions, des pensées. Vous vous trouvez en résonance avec cette information.

Être en résonance
Au fur et à mesure que s’affine votre sensibilité à l’égard de l’arbre, vous vous mettez de plus en plus facilement en résonance avec sa qualité dominante, ce qui vous rend conscient de cette qualité ou de son absence en vous. Si, par exemple, je me place près d’un sapin, dont la qualité principale est la fluidité, je vais la ressentir en moi. L’étape suivante consiste alors à savoir comment je réagis à l’invitation que me propose l’arbre. Je peux répondre présent en libérant ma respiration, en détendant mes muscles, en m’abstenant de lutter contre mes émotions ou mes pensées. Ou, je peux refuser l’invitation en résistant et en augmentant les tensions physiques et émotionnelles, par réaction à la qualité de l’arbre. Ce dernier comportement peut se faire à mon insu mais, tôt ou tard, je vais m’y trouver confronté de manière consciente. Que cela demande quelques secondes ou plusieurs années, un jour viendra ou je m’éveillerai à la réalité de ces limites et j’élargirai ma liberté intérieure.

Chaque expérience est unique
Lorsque vous « échangerez » avec un arbre, il vous arrivera de faire une expérience d’une intensité telle que cette rencontre vous marquera pour le restant de vos jours. Alors, vous allez être tenté de l’ériger en vérité universelle. Pourtant, quelques jours plus tard, dans les mêmes circonstances, avec le même arbre, vous allez faire une expérience tout aussi intense mais différente de la première. Si vous échangez avec d’autres personnes sur le vécu de l’expérience, vous découvrirez une troisième réalité. Nos réflexes mentaux nous poussent alors à argumenter pour savoir qui a raison, qui est “ normal ”, ce qui débouche vite sur l’intolérance. Dans les séminaires, c’est très fréquent au début, puis heureusement, progressivement les participants découvrent l’étroitesse de ce comportement et surtout ses conséquences. Ils découvrent graduellement que savoir qui a raison n’apporte aucune richesse et aboutit à l’égoïsme et l’intolérance. Apprendre à considérer la manière dont l’autre va appréhender la réalité nous enrichira et surtout nous rendra plus disponible et curieux. Car on va vite découvrir que la réalité possédant de nombreuses facettes, la richesse n’est pas d’avoir raison mais plutôt de découvrir le maximum de facettes. L’arbre possède son propre champ énergétique. L’être humain qui s’en approche entre dans un exercice d’harmonisation inconsciente, comparable au dialogue intérieur qui s’établit lorsque, par un soir d’hiver sans lune, vous marchez dans un quartier désert et que soudain, vous apercevez au loin un inconnu qui se dirige vers vous. La première réaction est la peur, puis vous vous raisonnez en vous disant que cet inconnu ne va pas forcément vous violer ni vous dépouiller de votre sac à main. Au moment où vous retrouvez un peu de confiance, la peur remonte. Jusqu’au moment où vous allez le croiser : vous oscillez entre peur et confiance, entre doute et assurance, entre détente et agressivité, jusqu’à trouver un équilibre intérieur avant le croisement de cet homme qui est, lui aussi, passé par les mêmes états que vous. Certains soirs, vous allez être plutôt confiant, d’autres soirs plutôt craintif et méfiant. Lorsque vous entrez dans le champ énergétique d’un arbre, il se passe le même ajustement mais à un niveau plus profond, dont une bonne part est inconsciente. La réalité est créée par la rencontre entre les deux champs énergétiques de l’arbre et de la personne. Notre illusion d’une réalité monolithe nous pousse également à croire que l’être humain a un comportement unique. Pourtant, le champ énergétique de l’être humain est en mouvance perpétuelle. Nous ne sommes jamais le même, nous sommes en changement permanent. Certains changements sont rapides, d’autres plus lents. Ce n’est que la lenteur des changements de certaines attitudes fondamentales qui nous permet de croire à la permanence de notre état intérieur. En entrant en interaction avec le champ énergétique de l’arbre, nous ne sommes jamais dans deux états analogues. C’est pourquoi deux expériences ne peuvent pas être semblables. Un arbre possède un champ énergétique qui véhicule des informations que l’on peut résumer par une qualité dominante. Nous pouvons entrer en interaction avec ces qualités par l’intermédiaire de nos sens. Ces qualités et la vie se manifestent dans le corps énergétique par des successions de rythmes que nous pouvons donc expérimenter en nous mettant en résonance avec un singulier miroir, par notre respiration mais aussi grâce au son et au mouvement.


Patrice Bouchardon*

*Pour en savoir plus, lire :
« L’énergie des arbres »,
Le courrier du Livre

20:24 Écrit par Daniel Van assche dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

11/01/2010

Communication entre plantes

Je vous invite a regarder un documentaire relatif a la communication entre plantes. Les liens sont ci-dessous:

Premiere partie :

 

Deuxieme partie: 

 

Troisieme partie:

 Video relative:

18:47 Écrit par Daniel Van assche dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

07/01/2010

Parler aux arbres

Je viens de terminer la lecture du livre de Brigitte Bulard-Cordeau Captez l'energie de votre arbre, aux editions Trajectoires, Paris 2007.

Ce livre est interessant car il reprend certains aspects mythologiques lies aux arbres. En effet, dans le passe, des legendes etaient nombreuses au sujet des arbres, leur energie et utilisation medicinale.

Contrairement a l'auteur, je n'ai jamais ressenti que j'ai un arbre favori - mon arbre - que j'ai pu decouvrir lors d'une ballade. Par contre, mon regard se porte continuellement sur les arbres que je croise lorsque je marche, fais du velo ou conduis. Mais a ce jour, je ne peux pas dire que j'ai MON arbre. Je visite ceux du jardin de maniere equitable sans sentir de preference, et je les reconnais chacun dans leur individualite.

Neanmoins, je ressens une attirance pour deux especes d'arbres. La premiere est le chataignier et la seconde est le sequoia. Et dans mon jardin poussent un jeune sequoia de meme que plusieurs chataigniers.

J'ouvre le livre de Brigitte Bulard-Cordeau a la page du Chataignier et je peux y lire que cet arbre a enracinement puissant apporte le sens de l'equilibre chez l'individu, et a la rigueur intellectuelle. Cet arbre est le meilleur conseiller lorsqu'on doit trancher, dans le sens de l'equite. Le chataignier aide a la decision, celle qui est la plus juste et contente le monde, en evitant les frustrations et les deceptions dans un camp comme dans l'autre.

Le livre detaille plusieurs especes. Evidemment je me demande comment nous pouvons arriver a une telle description par espece. La reponse se trouve dans la mythologie.

Comment parler a un arbre? Le livre insiste sur le fait d'apprivoiser l'arbre et de le choisir en fonction de ce qu'il nous inspire. Lorsque nous lui rendons visite, nous devons prendre le temps de l'observer et de tenter de le connaitre en ecoutant en nous les emotions qu'il suscite. L'auteur nous propose alors de le toucher, de nous isoler a proximite de lui.

L'approche de l'arbre implique que l'homme doit: rester naturel et sincere, eprouver le besoin de se lier d'amitie, se montrer attentif, s'asseoir contre le tronc ou rester face a lui, rejeter les pensees negatives, visualiser l'arbre et ressentir l'elan.

La reponse de l'arbre, selon l'auteur, ne serait pas d'une evidence claire. L'arbre pourrait simplement creer du vide en nous, evacuer nos pensees negatives et nous procurer une sensation de mieux-etre.

A nous alors de savourer ce bien-etre !

P1260257

17:54 Écrit par Daniel Van assche dans Général | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

05/01/2010

Comment communiquer?

Maja Kooistra dans son livre Communiquer avec les arbres affirme que ce type de communication ne s'apprend pas dans les livres, meme si ceux-ci peuvent aider a integrer des concepts de base.

- je dois etre moi-meme: si je ne suis pas authentique, l'arbre ne pourra pas me decouvrir ni comment reagir

- je ne dois pas tenter de me mettre a la place de l'arbre

- je dois etre attentif: si je veux communiquer avec l'arbre, mon esprit ne doit pas rester dans mes preoccupations. Je dois donc etre attentif et present

- je peux choisir d'ecouter, d'etre receptif ou bien d'emettre et de communiquer

- je dois etre ouvert

- je dois communiquer avec mes emotions et ma sensibilite. Ma communication doit souligner mon engagement personnel

- je dois etre patient et calme

- je dois manifester du respect et un interet chaleureux a l'egard de l'arbre

Quelle forme peut prendre ma communication?

Maja Kooistra developpe dans son livre la capacite des hommes a:

- se mettre dans un etat propice a la communication - voir plus haut -

- se concentrer a emettre un message compose d'images, de sons, et d'emotions qui seront retransmis a l'arbre. L'etat d'esprit de l'individu est determinant

- une fois le message transmis, l'arbre peut souhaiter repondre et sa reponse peut prendre la meme forme que l'emission de l'homme

- vous pouvez alors lui repondre et ainsi de suite.

Parler a voix haute ne semble pas indispensable, si ce n'est pour souligner les points les plus importants, le reste se faisant sous la forme de pensees.

A lire: Maja Kooistra Communiquer avec les arbres, Le courrier du Livre, Paris, 2006

 sequoia

 

07:57 Écrit par Daniel Van assche dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

04/01/2010

L'environnement et le bien-etre humain

En 1866, le biologiste allemand Ernst Haeckel a defini l'ecologie comme la Science des relations des organismes avec le monde environnant, c'est-a-dire, dans un sens large, la Science des conditions d'existence.

Eric Lambin pose une question dans son livre intitule Une ecologie du bonheur: avons-nous besoin de la Nature pour etre heureux? Quel va etre l'impact des changements environnementaux sur le bien-etre humain? Cette question est de savoir si l'augmentation du bien-etre humain va continuer dans le futur malgre la destruction du capital naturel. Un lien entre le bien-etre individuel et la preservation de la nature existerait-il? L'Homme aurait ainsi interet a preserver l'integrite de la Nature, car son bonheur depend etroitement de l'environnement naturel.

Preserver notre environnement aurait pour objectif de maintenir et d'augmenter notre satisfaction, notre bonheur egocentrique. Pas que cela bien sur, mais si je defends mon bonheur en preservant le capital environmental, proteger la Nature ne serait plus uniquement un devoir, un but purement altruiste au nom d'une responsabilite envers les generations futures...Comment reconcillier egoisme et altruisme...

Je me suis souvent pose cette question: Pourquoi suis-je attire par les arbres depuis mon plus jeune age? Certes ils m'inspirent le respect, la force et leur longevite m'impressionne tout comme leur evolution, leurs changements au fil des saisons. Voir un arbre qui s'epanouit me rend heureux et j'imagine que d'autres personnes puissent ressentir le meme sentiment en regardant les arbres.

Un arbre est-il decoratif, un element paysager? Je le pense. Les arbres, buissons et haies sont de merveilleux etres vivants qui embellissent nos paysages. Mais ils sont bien plus que cela - biodiversite, lutte contre l'erosion, production d'oxygene...- Que nous soyons automobilistes, cyclistes ou marcheurs, nous aprecions certainement les croiser.

Mais la satisfaction que je ressens lorsque je vois des arbres s'arrete-t-elle a l'esthetisme? La response est negative. Meme si je n'ai jamais consciemment estime avoir echange une conversation avec un arbre, mon regard et notre presence m'ont neanmoins procure des sensations de bien-etre, de satisfaction, d'apaisement...

Mais que ressentent les personnes qui peuvent communiquer avec les arbres? L'arbre appelle-t-il cette personne et le regard se pose alors sur lui, ou bien est-ce cette personne qui entre dans la sphere intime de l'arbre et vient alors lui demander si elle peut communiquer avec lui? Les personnes pouvant communiquer sont-elles celles qui ressentent un lien fort entre Nature et bien-etre ? Du fait de ce lien, le bien-etre qui emane de la personne est-il un renforcement favorisant la qualite de la communication?

14:59 Écrit par Daniel Van assche dans Général | Lien permanent | Commentaires (4) |  Facebook |

03/01/2010

Le bouleau survivant

Lorsque j'ai achete la maison ou je vis, cinq bouleaux d'ages differents vivaient dans le jardin. Quatre etaient tres mal places, soit proches de la maison voisine, soit au pied d'un mur. Les deux plus ages avaient deja ete etetes, tres grossierement, et abimes par des coupes successives. J'ai alors decide d'abattre quatre des cinq bouleaux et de replanter d'autres arbres, a plus grande distance des voisins. Le premier hiver, ils furent donc abattus sans dommage pour le reste de la vegetation.

Le plus jeune, le survivant, grandissait fierement, bien droit et paraissait en tres bonne sante. Il beneficiait d'un bon ensoleillement. Il montra une belle croissance durant les deux etes suivants. A la fin du second ete, je suis alle le voir et j'ai clairement ressenti un malaise. Sans pouvoir l'expliquer, j'ai senti que je n'etais pas le bienvenu. Il me demandait, sans prononcer le moindre mot, de partir, et ce tres vite. Il refusait que je l'approche. Je me suis senti mal a l'aise, ne parvenant pas a exprimer les sensations que j'avais ressenties. J'etais surpris de l'attitude du bouleau, arbre que pourtant j'apprecie.

L'ete fit place a l'automne et, alors que je me trouvais a l'etranger, une zone de tempete toucha la Belgique. Le vent se fit plus fort, sans pour autant etre excessif. Le bouleau, emporte par le vent, a ete deracine et est tombe sur la route en contrebas. Les pompiers sont venus le couper, si bien que lorsque je suis revenu en Belgique le lendemain, il ne restait plus qu'une souche. Curieusement, tous les autres arbres du voisinage n'ont pas soufferts et aucune branche n'a meme ete arachee.

Mon impression est que ce bouleau survivant a ete comme choque d'avoir vu partir ses congeneres et, en quelque sorte, a souhaite mettre fin a ses jours a la premiere occasion naturelle. Malgre que la souche soit toujours en place, aucune pousse ne s'est manifestee depuis...

10:17 Écrit par Daniel Van assche dans Général | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |